– Mon action à la Ville de Grenoble

J’ai passé 6 années passionnantes au cœur d’une collectivité remarquable, qui ont changé durablement mon regard sur l’action publique territoriale.

Le projet Charpak

J’ai d’abord pris en charge le « projet Charpak », projet d’éducation scientifique au service des jeunes des quartiers défavorisés, en collaboration directe avec le maire Michel Destot. Nous avons résumé l’aventure de ce projet ici : “le-projet-charpak-mieux-accompagner-lenseignement-des-sciences-des-le-plus-jeune-age

La Direction des Projets Urbains

J’ai ensuite pris début 2011 la direction des projets urbains, qui résultait d’une organisation particulièrement efficace en matière de maîtrise d’ouvrage mise en place à partir de 2001 : la nomination d’un directeur de projet, responsable globalement de la tenue des objectifs assignés en matière de programme, de coût et de délais, pour chaque projet d’investissement important. J’ai coordonné l’action de 8 directeurs de projets, en charge d’écoles, d’équipements culturels et sportifs, d’espaces publics, d’aménagement de quartiers neufs (dont trois opérations ont obtenu le label « EcoQuartier ») ou en rénovation (trois conventions ANRU), qui devaient s’appuyer sur des services variés sur lesquels ils n’avaient pas autorité. Mon rôle était celui d’un manager-coach, le partenaire pour préparer les échéances importantes et pour chercher des solutions opérationnelles à des problèmes de tous ordres.

l’EcoCité

Les projets les plus complexes concernent l’aménagement urbain, avec un grand nombre de dimensions et autant d’élus et de directions concernés. Avec l’ambition du développement urbain durable, qui se traduit notamment par la notion de projet urbain intégré, la complexité monte d’un cran : il faut essayer de penser la ville avec l’ensemble de son métabolisme (la mobilité, les réseaux énergétiques, la communication, les usages urbains, …), pour que celui-ci soit aussi efficient que possible. C’est l’ambition du programme « EcoCité », lancé en 2009 par le gouvernement et financé par les Investissements d’Avenir dans lequel « 19 grands territoires urbains s’engagent aux côtés de l’Etat français pour conduire la transition écologique des villes » (www.territoires.gouv.fr/les-ecocites).

« L’EcoCité grenobloise » inclut le projet de développement urbain « Grenoble Presqu’Ile » (www.grenoble.fr/545-presqu-ile.htm) qui vise à transformer un territoire de 250 hectares qui abrite des centres de recherche en un véritable « morceau de ville » intégrant toutes les dimensions de la durabilité : qualité du bâti et des espaces publics, mixité sociale et fonctionnelle, gestion de l’énergie et mobilité douce et intermodale.

Le programme EcoCité a donné lieu VillesEnTransition-LExpériencePartagéeDesEcoCités-FHébert-Dirà la publication d’un livre « Villes en transition – L’expérience partagée des Écocités » (http://editionsparentheses.com/Villes-en-transition), auquel j’ai été très heureux de collaborer sous la direction de Florent Hébert, responsable du programme à la DGALN.

 

La mission “Ville Durable”

Pour coordonner ce projet pluridisciplinaire et aller plus loin dans une vision partenariale de l’innovation urbaine, nous avons de créé la mission « Ville durable » (cf. article 131213-ActeursPublics-GrenobleUnMonsieurVilleDurable). Avec une équipe de 4 personnes et en nous appuyant sur l’ensemble des directions impliquées, nous avons pu monter deux projets européens d’envergure dans le cadre de l’initiative « Smart Cities and Communities » du 7ème PCRD (FP7) : ZenN (http://zenn-fp7.eu/) avec Malmö (S), Eibar (E) et Oslo (N), et City-zen (http://www.cityzen-smartcity.eu/) avec Amsterdam (NL).

Ce positionnement d’interlocuteur de référence sur une politique clairement identifiée m’a permis de travailler en relation directe avec les acteurs de l’écosystème de l’innovation urbaine : les pôles de compétitivité (Tenerrdis, Advancity), les entreprises (Schneider, Atos, EDF, Engie, Alstom, Bouygues, Saint-Gobain, Orange, M2Ocity, Embix, …), les associations (la Casemate, Digital Grenoble, …),les organisations régionales (Plan Bâtiment Durable, Stratégie régionale d’innovation, etc.), nationales (Institut de la ville durable, Vivapolis) ou internationales (International Cleantech Network). Je suis ainsi intervenu dans 12 conférences internationales traitant de la ville durable, des smart grids, des smart cities, de l’innovation urbaine, ce qui m’a permis d’avoir une vision large et de tisser un réseau aujourd’hui très précieux.

J’ai finalement accompagné l’évolution de cette structure, qui est devenue la mission « Ville de demain », qui anime aujourd’hui la plateforme de partage et d’anticipation de la Ville de Grenoble (www.grenoble.fr/655-ville-de-demain.htm), dont le but est d’élargir encore la coconstruction des projets avec l’ensemble des acteurs du territoire.